Une ex-ministre risque la prison pour un verset biblique

Elle se prépare à affronter son procès avec « calme et sérénité ». Pävi Räsänen, ex-Ministre de l’Intérieur du gouvernement Finlandais durant 6 ans, sera jugée le 24 janvier pour « incitation à la haine ». Elle avait, en signe d’opposition à la participation de son église à la Gay Pride de 2019, tweeté un verset biblique (Romains 1:24-27) ainsi qu’une photo d’une page de sa Bible.

Le tweet de 2019 (supprimé depuis)

C’est en 2010 qu’il faut situer le début de l’affaire. Pävi Räsänen est entrée en politique au début des années 1990, comme députée puis chef du Parti chrétien-démocrate. Comme 69% des finlandais, elle est membre de l’Eglise luthérienne qui glisse dangereusement vers le progressisme et le mariage homosexuel. Médecin, opposée à l’avortement, femme de pasteur et personnalité politique influente, elle participe à un débat télévisé qui marquera le début de ses ennuis juridiques. Elle y prend position en affirmant le principe biblique du mariage entre un homme et une femme.

Financée par un impôt géré par l’Etat, en perte de vitesse, l’Eglise luthérienne verra, en réaction à ses propos, une hémorragie de fidèles qui ne tolèrent pas les propos de l’ex-Ministre. Forte de 3,5 millions de membres, la dénomination perdra alors 80.000 membres dont la moitié suite à son intervention de 2010.

Incriminée pour 3 prises de position

En avril 2021, le Procureur Général mettra en examen Räsänen pour trois faits d’ « incitation à la haine » : un article dans le bulletin de son église, publié voici 17 ans, une émission radio de 2019 et le tweet du 17 juin 2019, adressé à la direction de l’Eglise luthérienne associée aux festivités LGBT.

Je défendrai mon droit à confesser ma foi, afin que personne ne soit privé de sa liberté de parole et de religion. Plus les chrétiens sont silencieux sur les sujets de controverse, plus le chemin de la liberté de parole devient étroit.

Païvi Räsänen

Inquiète, Räsänen ? Elle se sent plutôt privilégiée : « J’ai eu de nombreuses occasions, pendant ces 13 heures d’audition, de présenter aux policiers ce que la Bible enseigne sur la valeur de l’être humain, créé à l’image de Dieu ». Et elle ajoute: « C’était comme leur faire une étude biblique ».

Pour connaître le reste de son histoire, écoutez l’entretien (en anglais) donné à l’ADF, un organisme de soutien aux chrétiens harcelés et persécutés dans plus 103 pays du monde. Soutenue par l’Alliance Evangélique Européenne, elle risque tout de même une peine de prison ferme. Prions pour elle.

Païvi Räsänen raconte son histoire (en anglais)

Par Thierry Lacroix

Passionné par tout mais surtout par l'investigation, routard du Net, Thierry est notre journaliste senior.